Yolande Cohen

Yolande Cohen

Téléphone: 514 987-3000 poste 8425

Fax: (514) 987-7813
Local: A-6150
Courriel: cohen.yolande@uqam.ca

Présidente de l’Académie des arts, des lettres et des sciences humaines de la Société Royale du Canada (2012-)

Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur, République française (photos)

Professeure titulaire en Histoire à l’UQAM

Formée en histoire sociale et des mouvements sociaux contemporains, Yolande Cohen s’est attachée à illustrer les processus par lesquels les groupes traditionnellement exclus de la vie politique ont développé leur sociabilité et d’autres formes d’intervention publique. Elle a été l’une des pionnières de l’histoire des jeunes, de l’histoire des femmes et de l’histoire des Juifs marocains.

Avec ses études sur les mouvements de jeunesse (Les Jeunes, le socialisme et la guerre. Histoire des mouvements de jeunesse en France, L’Harmattan, Paris, 1989) et sur les mouvements étudiants en France au tournant du siècle (« Entre socialisme et nationalisme : les mouvements étudiants en Europe de 1880 à 1945 », Paris, Le Mouvement Social, 1982), elle a ouvert un champ de recherche totalement neuf. Elle a étudié les formes de l’opposition des jeunes à la Troisième République et aux partis, y compris au tout nouveau parti socialiste (SFIO), qui se déclinent dans leur antimilitarisme et leur sympathie pour l’anarchisme.

Ses premiers travaux en histoire des femmes et du genre lui ont permis d’explorer les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes (Femmes et Politique, Montréal, Le Jour, 1981) et d’avancer plusieurs hypothèses concernant la contribution des femmes à la vie politique. Elle a montré que des associations féminines en milieu rural (Femmes de Parole : Histoire des Cercles de Fermières, Montréal, 1990) constituent une forme alternative de participation des femmes à la vie publique, en période d’exclusion des femmes du droit de vote.

Elle a poursuivi son enquête sur l’histoire des femmes au Québec avec ses études sur la professionnalisation des infirmières (Profession Infirmière. Une histoire des soins dans les hôpitaux du Québec, Montréal, PUM, 2000) et sur la genèse de leur formation académique et la construction de leurs identités professionnelles (Les sciences infirmières : genèse d’une discipline, en coll., Montréal, PUM, 2002) Ses travaux sur trois grandes associations de femmes ont montré leur influence décisive dans l’adoption de politiques publiques au Québec et au Canada (Femmes Philanthropes, Montréal, PUM, 2010). Ces recherches ont permis de mieux comprendre les enjeux liés au genre et au care dans la mise en place des États Providence, en particulier concernant la santé des populations, les politiques familiales et d’immigration dans la première moitié du XXe siècle. Elle s’intéresse actuellement à la mobilisation des femmes au sein de mouvements transnationaux dans la première moitié du XXe siècle, à la fois en France et au Canada.

Enfin dans son troisième champ de recherche, elle explore la migration juive marocaine en France et au Québec (Les Juifs marocains à Montréal, Montréal, VLB, 1987): processus d’émigration, transferts de sociabilité et de réseaux, délimitation d’enclaves ethno-culturelles au sein des grandes villes, analyse de la sociabilité politique dans un contexte d’encouragement du multiculturalisme, et de repli religieux (Itinéraires sépharades. L’odyssée des Juifs sépharades de l’Inquisition à nos jours, Paris, 1992), rapports de genre, transnationalisation. La production du cédérom Les Juifs Marocains à travers les âges (Montréal, 2000) et de plusieurs publications sur ce sujet en France et au Canada (Identités sépharades et modernité, sous la direction de Jean-Claude Lasry, Joseph Lévy et Yolande Cohen, Montréal, PUL, 2007) témoigne de son implication à la fois dans la recherche sur l’ethnicité et dans la mise en valeur de patrimoines culturels peu connus. Dans le cadre de ses recherches sur les migrations, elle participe au projet de recherche Histoires de vie des Montréalais déplacés par la guerre, le génocide et autres violations des droits de la personne de l’Université Concordia (CRSH, ARUC) : recueil et analyse de récits de vie de migrants séfarades.

Un aperçu de son parcours tant personnel qu’académique a fait l’objet d’une Grande Conférence qu’elle a présentée à l’invitation de l’Institut Émilie du Châtelet à Paris le 6 mars 2010 dans le cadre du cycle « Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre » (filmée par le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir).

Yolande Cohen participe activement à la vie de plusieurs organismes et institutions au travers de différents postes comme membre de la Commission des lieux historiques du Canada, membre du CA de l’Association des Études Canadiennes, membre de l’ACFAS, membre du CA des Archives Juives Canadiennes, Membre du Comité de lecture de la Revue Française des Affaires Sociales, Membre du comité exécutif du groupe de recherche religion et politique, Association internationale de Science Politique, Membre du jury d’évaluation du meilleur mémoire de maîtrise, IREF, Évaluatrice d’articles pour diverses revues scientifiques dont le Journal of Canadian Studies, Histoire sociale et le Canadian Jewish Studies. Par ailleurs, grande communicatrice, Yolande Cohen partage ses connaissances dans plusieurs émissions radios comme Collaboratrice invitée à l’émission Plus on est de fous plus on lit (Radio Canada) et invitée à Aujourd’hui l’histoire (Radio Canada).

Publications : Articles, Actes de colloques

Ouvrages

Médias

Communications scientifiques

Yolande Cohen-cv mars18